Bonjour, bonjour ! Voici le retour de la pluie, donc j'en profite pour avancer sur un de mes petits projets déco. Grâce aux soldes j'ai investi dans de la laine vert d'eau toute douce et méga pas chère. Pas trop de saison, me direz vous, et bien vous avez raison, mais je ne vais pas faire un pull, bonnet ou autre snood. Je vais réaliser un coussin en crochet et tissu. Le crochet, c'est tendance. Enfin, moi c'est surtout que je ne sais pas tricoter... Donc j'utiliserais mon crochet à trapihlo.
C'est aussi l'occasion pour moi de vous montrer mon petit fauteuil récupéré chez mes parents : je l'adore ! 

Il faut pour un coussin de 35x50 cm environ :
2 pelotes de grosse laine, un crochet n°10, du tissu assorti (40x55 cm), une laine fine à crocheter, de la colle pour tissus, un vieux coussin de 35x50 cm (à recouvrir), et fil, aiguille, ciseaux, etc.

1. On commence par crocheter la partie en laine du coussin : un rectangle tout au point demi-bride. Découper le tissu aux dimensions du rectangle de laine, en laissant quelques cm en plus de chaque côté.
2. Coudre le rectangle de tissu et le rectangle de laine. On peut le faire grossièrement, les points seront cachés par le galon en crochet. Disposer le coussin à recouvrir à l'intérieur.
3. Réaliser 4 pompons en laine fine grise et les coudre aux extrémités du coussin.
4. Réaliser un galon en crochet : c'est juste une chainette de base. Adapter la longeur en fonction de votre coussin.
5. Coller le galon, avec de la colle pour tissu, sur la couture.

J'espère que ça vous plait. A très vite.
Je continue mon petit "Road Trip" version Marseille-Provence 2013. Mais aujourd'hui, c'est quelques choses de très ludique et qui plait à toute la famille dont je vais vous parler : Funny Zoo. En 1987, le jardin zoologique du Palais Longchamps fermait ses portes. Dans le cadre de l'année Capital de la culture, la ville a décidé de réhabilité les anciennes cages classées mais plus aux normes actuelles pour l'accueil d'animaux.Pour retrouver l'esprit du lieu, elle a décidé de leur redonner leur usage premier. Ainsi, l'ancien jardin zoologique accueille des animaux un peu particuliers, aux couleurs plus "flashy" les une que les autres.  
Ainsi, on se balade autour d'animaux en "liberté", dans leur pavillon ou leur cage. Je n'ai pas connu le zoo d'origine, mais l'ambiance est plutôt réussi. Pour les nostalgiques, ou juste parce que c'est intéressant, on découvre au fil de la balade, les grands moments du zoo et l'histoire de ses pensionnaires les plus emblématiques, comme Poupoule l'éléphant.

Mesdames, Messieurs et vous les enfants ... Bienvenues au Funny Zoo !!
Bonjour à tous, comme je suis sur plusieurs projets DIY qui prennent du temps, je vous propose, pour patienter, une petite recette pour ensoleiller vos fin de repas. Elle me rappelle mes vacances à Marseille : une Panna Cotta à la fleur d'oranger et à la vanille. J'ai avais mangé à "Yes We Camp" assise sous un figuier... C'est tout doux et très frais, en quelques minutes de préparation seulement.

Il faut :
40 cl de crème liquide épaisse (ou semi-épaisse), 60 ml de lait, 50 g de sucre, 3 cs d’arôme de fleur d'oranger, 1/2 gousse de vanille, 3 feuilles de gélatine.

1. Couper une gousse de vanille en deux, n'en garder que la moitié (conserver l'autre pour la prochaine fois), et gratter, au couteau, l'intérieur pour en sortir les petits grains.
2.  Mélanger dans une grande casserole, la crème, le lait, le sucre, l'arôme de fleur d'oranger, la demi gousse de vanille et les grains, et faire chauffer.
3. Mettre les feuilles de gélatine dans un bol d'eau pour qu'elles se ramollissent. Lorsque la préparation est chaude, retirer du feu et ajouter la gélatine. Mélanger jusqu'à ce que le mélange soit homogène.
4. Verser dans plusieurs verrines et mettre au frais pendant au moins 4h. (le mieux c'est de préparer la veille).


Aujourd'hui, un petit article pour vous parler d'un nouveau musée de Marseille. Ouvert depuis cette année, ce petit musée n'hésite pas à ce comparer au grand, jusque dans le choix de son nom : MaMo ou Marseille Modulor (rappel évident au MoMA de New-York). Et il de quoi se "la péter". Situé sur le toit de la cité radieuse de Le Corbusier (d'où le nom du musée, en référence au célèbre Modulor, unité de mesure créée par l'architecte), il accueille des œuvres d'art à ciel ouvert. Chacune d'entre elles est créée pour le bâtiment et fait référence au célèbre architecte.
Ainsi, Xavier Veihlan expose à Marseille pour le quatrième volet du projet « Architectones » qui rend hommage aux grands noms de l’architecture moderne. Les trois précédentes rendaient hommage à Neutra, Koenig et Lautner à Los Angeles. Il s'inspire du lieux, de son histoire, des ambiances, pour proposer des oeuvres qui permettent de comprendre l'architecture ou d'appréhender différemment l'espace. Elles sont donc directement connectées au contexte et ne peuvent être exposées ailleurs sans perdre toute leur force.
L'instigateur de cette exposition est le designer marseillais Ora-Ito. Passionné par les réalisations de Le Corbusier, il rachète il y a trois an le dernier étage de la "maison du Fada", comme l'on appelée les riverains, et après de nombreux travaux redonne son aspect originel à la terrasse. 

On découvre donc au MaMo, 10 oeuvres dont un mobile spectaculaire composé de grosses boules grises et bleues, soutenues par une statue de Le Corbusier. Par l'harmonie de sa composition, tout en équilibre, le choix des couleurs et la façon d'occuper l'espace, il vient mettre en valeur la sobriété des lignes de l'ancien gymnase et s'impose comme une évidence, occupant tout l'espace dans le volume.
 A l'extérieur, un buste bleu clair à facettes, représente l'architecte au travail et vient bouleverser le rapport d'échelle. Il invite au calme et à l'apaisement, comme une présence rassurante : il ne faudrait pas le déranger, mais que fait-il ? Il dessine sans doute...

D'autres interventions, toutes aussi intéressantes sont à découvrir. Ce musée est une vraie réussite, permettant à la fois une mise en valeur du lieu et des œuvres dans un juste équilibre. Mais attention Le Corbusier veille, il est avec nous...

Profitez de votre visite pour découvrir la Maison Radieuse. Symbole de l'architecture moderne, cette Unité d'habitation de Marseille est une sorte de prototype pour des réalisations futures (Rezé, Firminy,etc.), une construction autonome qui répond à tous les besoins des habitants présents dans les 337 logements. La "rue intérieure" accueille des commerces, un restaurant, la terrasse est réservée aux activités physiques (gymnase, piscine, piste d'entrainement) et à la crèche. Précurseur dans la conception des logements (duplex traversants, séjour double hauteur, loggia,etc.) et dans les techniques de constructions, ce bâtiment servira de modèle aux nombreuses constructions d'habitat collectif dense (sans pour autant y inclure tous les services et la qualité des logements, malheureusement).

Hello à tous ! Me voilà de retour pour vous raconter mes vacances à Marseille. Ok..., voilà 10 jours que je suis rentrée, mais comme il fait un temps estival j'ai pas eu le courage d'ouvrir l'ordinateur... J'ai donc passé quelques jours dans la cité phocéenne pour fêter la culture dans le cadre de Marseille-Provence 2013. Je vais vous montrer les choses sympa qu'on peut y faire. Pour commencer, il faut trouver un endroit ou dormir...

Pour MP 2013, il y a "l'officiel" bien sûr, mais il y a aussi le "Off". Et justement dans le quartier de l'Estaque (Au nord de Marseille, près de la mer), un camping alternatif a élu domicile : "YES WE CAMP !". Accessible en bus ou en bateau depuis le vieux-port, il est conçu comme un village avec des ambiances différentes, des endroits calmes et d'autres propices aux animations, aux rencontres. Ainsi, on y trouve le bar-restaurant du Ranch-Poney où on paye son jus de pastèque ou son bagel avec la monnaie locale : le Gaston. On peut s'installer sur les vieux fauteuils et les chaises de récup' pour suivre les animations ou regarder un film en plein air. Il y a même un jardin potager hors-sol.


L'opération se veut écologique et s'apparente à un laboratoire architectural qui traduit l’imagination florissante des concepteurs. Ainsi, on peut dormir dans une caravane perchée à plusieurs mettre du sol, une remorque, un bateau à sec, des structures en échafaudage et autres modules récupérer ici ou là, voir même mis à disposition par des architectes ou des artistes. On peut donc dormir sur place à partir de 7€ (hamac), il faudra débourser 9€ pour poser sa toile de tente et entre 18 et 80€ pour expérimenter pendant une nuit les structures. 

Régulièrement des animations sont proposées avec, une fois par mois, la fête du camping. On peut participer aux activités sans pour autant dormir sur place, il faudra juste payer une cotisation de 3€ qui vous permettra d'accéder au camping pendant toute la durée de l'expérimentation, jusqu'en octobre. 
J'ai beaucoup apprécié mon après-midi sur place, toujours de l'ambiance, la nourriture un vrai délice (surtout la pana cotta) des bénévoles très sympathiques et beaucoup de choses à découvrir. Allez y faire un tour, c'est à voir ! Moi j'ai adoré.