Samedi matin, j'ai participé à mon premier cours de cuisine ! Cadeau de mes « coupaings » pour ma crémaillère. Bon ben, comment dire … ? Ils ont tapé dans le mille. L'école des desserts, j'en parle depuis quelques mois quand même, mais faute de budget, je n'y étais jamais allée, question de priorités. Je m'inscris donc pour un cours intitulé : « Confiseries et Biscuits d’antan ». Je connais en dégustation mais je n'ai jamais testé ce genre de recettes. Parfait donc ! Je vais surement apprendre pleins de choses et rencontrer des gens trop sympa (enfin j'espère). 
Les cours sont assurés par Mr Alain Chartier ! Je dois dire que j'adore la cuisine et la patisserie, mais je connais pas ceux qui produisent (à part Michalak, merci Téva et France télévision ☺). Pourtant avec son titre de meilleur ouvrier de France et de Champion du monde de glace, on a visiblement à faire à quelqu'un de très doué ! J'ai hate de voir ça.

Début du cours 9h ! Je déteste être en retard et franchement, j'avais tellement hate que j'étais levée avant que la sonnerie du reveil ne retentisse. Arrivée sur place, je découvre un labo hyper coloré qui tient plutôt de la grosse cuisine moderne, avec les robots patissiers qui tronent au centre du plan de travail. Une odeur de cacao plane dans l'air. Chacun son tablier, son carnet de recettes et hop ! C'est parti !

Nous sommes 10, de tous ages, surtout des filles quand même. Avec des niveaux visiblement différents mais c'est tant mieux : même si je cuisine beaucoup je ne suis pas forcément au fait des techniques de patisserie. Le chef est vraiment sympathique, on se sent tout de suite à l'aise. Et quand j'ouvre le carnet de recettes, je vois "Guimauves"... Yeeeaaahh !!
C'est donc dans une ambiance détendue que chacun observe, goûte, pose des questions, pendant qu'à côté on apperçoit les employés qui eux travaillent à la confection de veritables merveilles. J'aurais bien passé ma tête pour les observer de plus prêt mais une autre recette nous attend, et puis il ne faut pas les déranger. Et l'heure, n'est pas une contrainte, on prend son temps (tout en étant éfficace quand même), on papote, on rigole, du coup on loupe quelques détails de la recette... mais il ya toujours quequ'un pour nous apporter des précisions : le chef ou une collègue du cour. Les recettes du jour sont particulièrement ludiques, à chacune son appareil.
On bat des œufs (beaucoup!), on sort la serie de douilles, la maryse, la corne, le mixer et une sorte de grosse casserole chauffante pour les pralines et … Mister KitchenAid qui est notre grand ami du jour ! Je crois que je l'aime ♥. Débat du jour : ou trouver un modèle ? Et Mr Kenwood est-il mieux ?

A chaque nouvelle préparation, une odeur délicieuse se répand et, franchement, comment ne pas baver devant du caramel, ou des arômes de violette. Même l'amande amère à plus à tout le monde. Moi ça m'a rapellé les pots de colle Cléopâtre, vous savez ces petits pots avec un trou au milieu pour le petit pinceau... ? D'ailleurs, je me souviens que certains la mangeait à l'école, c'est pour dire...
Certaines recettes qui demandent de la précision sont réalisées surtout par le chef, tandis que d'autres sont réalisés en binôme. En même temps, 6 recettes en 3h30... Au programme donc : nougat de Montélimar, Amaretti (je connaissais pas), biscuits roses (enfin, moi je les ai fait oranges, pas envie de faire comme tout le monde, on se refait pas, hein ?!), petits fours aux amandes, guimauves à la violette, pralinés caramélisés. Finalement, le temps passe vite et viens le moment de tout ranger et de se répartir nos créations. On repart avec notre tablier aussi, et en retrant chez soi on peut organiser un véritable gouter d'antan.
Avant de repartir, passage obligé par la boutique (j'avais un bon d'achat de 5€), et là c'est vraiment dur de ne pas craquer sur tout : glace, chocolat, confiseries, etc. Tout est beau et le chef nous a mis l'eau à la bouche, puisque pendant le cours, il n'a cessé de sortir des petites douceurs de ces placards pour nous faire goûter (bonbons, sa version des M&m's, fruits confits). On peut aussi acheter du matériel necessaire à la réalisation des recettes.
Je me suis bien amusée pour mon premier cours, même si je n'ai pas de moyen de comparaison pour l'instant. Le prix est un peu élevé, mais on cuisine pendant 3h minimum, ce jour là on était plutôt sur 4h (contrairement à des cours dans d'autres endroits qui sont moins chers mais qui ne durent que 2h) et les thématiques proposées sont plus précises et j'imagine donc des cours plus techniques. A venir d'ailleurs : Wedding cakes, café gourmands et incontournables macarons. J'y ai rencontré des gens sympathiques que j'espère revoir dans d'autres cours... Et puis, le Chef est très abordable et plutôt pédagogue, on oublie vite son Palmares impressionnant pour ce concentrer sur le plaisir de cuisiner à plusieurs.

Voilà ce que j'ai rapporté (cliquez pour voir en plus gros) :
 Bilan : je vais essayer de refaire certaines recettes qui m'ont beaucoup plus. Le découpage de la guimauve a été un moment particulièrement marrant : tous les mains dans le sucre violet ! Et j'ai déjà pleins d'idée de variantes... Faudra juste trouver le temps maintenant ! Et je pense me réinscrire bientôt ☺ !


J'adore les coussins et j'adore Ikéa (Njut ! Njut ! Njut ! …). Deux passions qui font que mon appartement déborde de coussins. Oui, oui, oui ! Ca ne se voit pas trop pour la simple et bonne raison que je les range (dans des boites Ikea, évidemment... c'est sans fin, je crois !) quand ils ne vont plus avec ma déco. Mais (résolution de rentrée?), ça ne peut plus durer ! Pour ce coussin là (voir ici ma précédente création) je vais en réutiliser un déjà en ma possession. Mon choix s'est porté sur un modèle Ikea en velours marron clair.

J'ai utilisé mon Tricotin. Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un petit appareil qui permet de tricoter des sortes de chenilles. Je voulais faire des bandes géométriques qui sont un peu inspirées des motifs navajos qu'on voit beaucoup sur la toile en ce moment.

Voici le résultat :

Une photo d'avant, pour comparer :

Il faut :
De la laine ou du fil de coton aux couleurs assorties, une housse de coussin, un coussin de la même taille, un tricotin, de la colle à tissu, un crayon pour tissu, du papier épais, une grosse aiguille (pour la laine), une paire de ciseaux.

1. Découper une ligne « type » dans le papier épais pour former un patron, le poser sur la housse de coussin. Dessiner le tracé et recommencer en décalant le patron pour faire autant de lignes que souhaitées. On peut varier les intervalles.

2. Tricoter différentes chenilles de couleurs différentes en vérifiant que la longueur correspond aux lignes dessinées. Je ne mets pas les explications car elles sont fournies avec le tricotin. C'est assez facile.
3. Les coller avec la colle à tissus sur la housse en suivant le tracé dessiné précédemment.
4. Avec l'aide la grosse aiguille, passer les fils d'extrémité des chenilles à l'intérieur de la housse.
5. Mettre le coussin à l'intérieur de la housse.

Voilà un coussin tout neuf ! Et unique …


Bonjour mes petits crustacés ! L’été ce n’est pas que la plage, c’est aussi la campagne et la cueillette. Les arbres se chargent de fruits gorgés de soleil (une fois n’est pas coutume) pour notre plus grand plaisir. A nous, les cerises, prunes et pêches ! Ce week-end, j’ai ramassée pleins de Quetsches chez mes parents (Villemaigre, c'est le nom du village). Si j’adore ça directement tombé de l’arbre, je les aime beaucoup en gâteau ! Humm, rien que d’y penser je salive et ça me rappelle les clafoutis de ma grand-mère (plutôt aux pommes d’ailleurs). 
Hier donc, soirée dénoyautage de quetsches pour faire un gâteau et aussi pour en faire des barquettes à mettre au congél’. Ben oui, je ne voudrais pas tout manger en une fois mais c’est fragile ces petites choses… Et si je me les garde pour moi, je partage ma recette de clafoutis aux prunes avec vous !

Il faut :
80g de farine, 125g de sucre, 4 œufs, 80g de beurre, 25 cl de lait, une pincée de sel, deux sachets de sucre vanillé, 300/400g de prunes en gros morceaux (ou bien des cerises, des pommes, etc.) en fonction de votre cueillette…

1. Mélanger la farine, le sucre et les œufs pour que la préparation soit homogène. Ajouter progressivement le lait.
2. Faire fondre le beurre et l’ajouter au mélange.
3. Découper les prunes en quartier (ou en 2 si elles sont petites comme les mirabelles) en enlevant le noyau.
4. Beurrer grossièrement un plat à tarte (en terre c’est mieux qu’en métal). Chemiser le plat : saupoudrer un peu de sucre et faire tourner le plat pour que le sucre accroche sur toute la surface. Retirer le surplus.
5. Verser la préparation dans le plat et disposer les morceaux de prunes. Enfourner délicatement à 150°C pendant 20-25 min. Le gâteau doit être doré et gonflé un peu sur les côtés. Saupoudrer de sucre vanillé et remettre au four quelques minutes. Le sortir du four et laisser tiédir avant de servir. Il faudra vous retenir un peu malgré l'odeur qui risque d’embaumer toute la maison...
Déguster !
Hello hello, mes petites méduses ! Je vous montre ce soir comment indiquer aux invités où est situé le bar. Pour ma soirée de crémaillère, je voulais faire un bar à cocktail pour retrouver l'ambiance paillotes et bar de la plage. L'idée était que chacun vienne faire son cocktail (même si au final j'ai fait la première tournée). Pour éviter d'avoir un attroupement autour du buffet, je l'ai positionné à l'opposé, dans la cuisine, derrière le bar (évidemment!!). MAIS, (il y a un "mais") la cuisine est au fond de mon appartement, il me fallait donc un panneau. Et bien évidemment, j'avais tout ce qu'il me fallait chez moi ! (vous devriez voir la tête de mes placards...).
Il y a quelques années de ça, j'ai récupéré une planche en bois dans un cimetière de bateaux (bon c'est pas très bien, je sais). Je l'adore, mais elle n'était pas encore sortie des cartons jusqu'à la semaine dernière. Elle serait parfaite comme panneau, mais pas question de l'abîmer... Voilà comment j'ai fait :

1. Découper des lettres, du corail, des coquillages dans du papier épais, en variant les couleurs.
2. Coller des morceaux de "patafix" sur l'arrière des lettres et motifs.
3. Les positionner sur la planche en bois.

Et voilà !

Maintenant, il ne reste plus qu'à remplir le bar ! Moi j'ai mis tous les ingrédients à disposition et les recettes, comme ça chacun choisi ! Il y avait donc de quoi faire des Mojitos et des Cosmopolitains (mes cocktails préférés en fait). Pour le premier, ma recette n'a pas forcément été très suivi, chacun ayant sa version. Par contre, le Cosmopolitain a bien plu même si c'est assez fort. Voici la recette :

Il faut pour ce cocktail typiquement New-Yorkais :
4 cl de Vodka
2 cl de Triple Sec (ex : Cointreau)
1cl de jus de citron vert
4 cl de jus de Cranberry
3 ou 4 glaçons

Mélanger dans un shaker tous les ingrédients, secouer vigoureusement.
Servir dans un verre à Martini, avec une paille.
A boire aussitôt.
Maintenant vous pouvez jouer à Carry Bradshow...



Bonjour, mes chères petites méduses. Pour fêter ma crémaillère, j'ai organisé une soirée "Vamos a la Playa". D'ailleurs, merci les coupaings, pour le cours de cuisine avec Mr Chartier ! Comme d'habitude, j'ai entrepris de recréer une ambiance en accord avec le thème : la plage. A moi les galets, coquillages, ballons, pelles et râteaux ... Mais j'ai du faire moi même certaines choses, ça tombe bien je suis en vacances. 
En ce mois de juillet plutôt chaud, on les a vu arriver en force : les méduses. Même si dans l'eau je les déteste, c'est plutôt joli comme animal (enfin, pas les grosses gluantes, hein !). Après, quelques recherches sur la toile, je me suis inspirée de photos trouvées sur pinterest et j'ai réalisé des méduses en papier. Plusieurs techniques sont utilisées pour la fabrication de ma version : papier mâché, pliage, froissage. Et j'ai vraiment utilisé ce que j'avais dans ma réserve à DIY : ballon, papier de soie récupéré (en général dans les bouquets de fleur), chutes de laine (celle de mon coussin), etc... Non mais sans rire, c'est un sacré budget, une crémaillière !

Elles ont fait leur petit effet, et les invités sont repartis avec leur méduse souvenir ! J'adore l'idée !

Il faut : 
Un rouleau de papier de soie vert (ou autre couleur), 
Des chutes de papiers de soie de verts différents, de laine, de ruban, de galon
(ce que vous voulez mais dans des tons assortis), 
De la colle à tapisserie
 (à défaut je sais qu'on peut en faire avec de la farine et de l'eau, on doit pouvoir trouver la recette sur google), 
Des ballons de baudruche (petit format, type bombe à eau),
Du fil de nylon (transparent),
Des ciseaux, une aiguille, un pinceau, de la colle.

1. Découper des petites bandelettes de papier de soie. Gonfler des ballons de baudruche : un par méduse.
2. Coller des bandelettes sur le ballon avec la colle à tapisserie en les imbibant bien. Former un chapeau de méduse et ajouter des bandelettes (former plusieurs couches). Laisser sécher plusieurs heures.
 3. Décoller délicatement. Si le chapeau semble trop fragile, on peut percer le ballon pour que ce soit plus facile à enlever.
4. Percer un trou au centre du chapeau avec l'aiguille. Passer le fil transparent et faire un nœud à l'intérieur. De l'autre côté du fil, former une boucle qui permettra d'accrocher la méduse.
5. Découper une longue bande de papier et la plier grossièrement en accordéon. La coller à l'intérieur du chapeau pour former une "jupette".
6.Préparer des bandes de papier pour former les tentacules (entre 30 et 40 cm de longueur), en les froissant, on peut faire des textures différentes. Couper aussi des rubans, de la laine, ... Utiliser aussi des chutes de papier de couleurs assorties. Coller les "tentacules" à l'intérieur du chapeau. Attendre que tout soit sec avant de suspendre la méduse. 

Bonne vacances à toutes et à tous ! A très vite !